Archives du mot-clé Révolution

LE REVOLUTIONNISME DE L’INTELLECTUALISME (SUITE)

III L’AFRIQUE ET SON INTELLECTUEL

L’Afrique traitée de continent propice pour l’esclavagisme, puis l’Afrique aux colonies occidentales, ensuite l’Afrique aux indépendances précoces non préparées , elle n’a présenté que l’ombre d’elle-même. Continent aux utopies irréalisables.

« L’Occident a cédé à l’Afrique une souveraineté de façade.« 

l’Afrique aux soit disants Intellectuels à compter aux bouts de doigts, insignifiant quant aux besoins du continent , l’Afrique a raté son démarrage, après le semblant départ de l’Occident qui lui a cédé une souveraineté de façade.

L’indépendance était certes importante, il était de ce fait temps de la réclamer mais, l’insuffisance de ceux qui devaient prendre la relève a donné un départ en reculant. Les résultats sont sous nos yeux.

« L’intellectuel africain n’est qu’un européen vêtu de peau noire, aux lunettes de blanc, à la démarche de blanc. »

L’intellectuel qui semblait être, n’était qu’un européen vêtu de peau noire, aux lunettes de blanc, à la démarche de blanc. Il n’avait que des désires tournés en Europe; vivre en Europe, se taper des châteaux en Espagne, au Charleroi, au saint Denis, car il n’avait aucun planning pour le pays, n’étant pas préparé pour ce bien sûr.

C’est pendant ce temps que le dirigeant africain a fait, par essai et erreur, son autodidactie tout en dirigeant de coup de maître, se rendant roitelet. Habitué à de dynastie, il s’est forgé un certain personnage en s’imposant toute une suite imaginable de discipline, pensant, réfléchissant comme l’homme blanc , mais ne prévoyant aucunement que faire pour rompre avec ce système décrié de par toute l’Afrique !

« La division un système installé pour garder sa main mise sur L’intellectuel africain.« 

Comme il en est de coutume tout vient de quelque part pour soulager les esprits bouleversés et réconcilier les divisés. Ce fut alors là un système installé pour garder sa main mise sur L’intellectuel africain.

De contradiction en contradiction, de haine en haine, de mépris en mépris, croyant pouvoir faire mieux, que l’autre une fois que l’on serait à la place que l’on envie sans compétence, ces faits engendrerent des coups d’état orchestrés par la métropole qui plaçait l’homme qui les servirait.

Ainsi, l’intellectuel colonial participa au pillage, à la domination ainsi qu’à l’exploitation systématique de toutes les richesses Africaines.

« Afrique continent aux scandales géologiques et scandaleusement pauvre. »

Cet intellectuel n’a pas pu éveiller sa conscience et chercher un système pouvant aider les pays à parvenir , à travers un système digne de nos us et coutumes, à s’imposer et à relever l’Afrique.

La jungle , elle est demeurée une pauvre Afrique et n’a pu retrouver les atouts succeptibles de la sortir du gouffre dans laquelle elle a été plongée.

Pourquoi alors avoir été sur le banc de l’école ? Pourquoi avoir usé son pantalon sur le banc de bois ? Pourquoi avoir étudié si l’on est incapable de mener et soutenir une révolution intellectuelle afin de trouver des modèles de politique, d’économie et de gestion en faveur du développement de ce continent aux scandales géologiques mais scandaleusement pauvre ?

« Afrique ressaisis toi et prends un nouvel élan à travers la prise de conscience. »

Certes que certains continents sont passés par là mais , ils se sont assez vite ressaisis et ont pris un élan par la prise de conscience ainsi ont-ils pu réaliser un REVOLUTIONNISME INTELLECTUEL … (À suivre)

MBOYO SHABANI Léon sem

LE REVOLUTIONNISME DE L’INTELLECTUALISME Part. 2

Tentons de réfléchir concrètement sur la définition de certains termes, eu égard au comportement que nous africains affichons.

« Une révolution mentale précède toujours toute autre révolution. »

REVOLUTIONNISME

Nous pensons que le révolutionnisme doit être une vie de tout homme non satisfait en un point de vue quelconque, un comportement mental, physiologique et un rendez-vous des idées qui cadrent avec une vision en sa moindre valeur positive. Sachez qu’une révolution mentale précède toujours toute autre révolution.

« Assimiler les connaissances reçues afin d’en faire sa propre vie. »

INTELLECTUALISME

Il ne doit être perçu comme le simple fait de recevoir son certificat d’études primaires, son baccalauréat ou son diplôme d’état. Moins encore comme étant le fait de défendre son premier, son second cycle, son mémoire de DEA ou sa thèse de doctorat.

Ce n’est même pas le fait d’emmagasiner des dizaines de brevet et attestation de formation, quoique nécessaire.

L’intellectualisme est pour nous, le fait de s’assimiler les connaissances reçues afin d’en faire sa propre vie.

Un économiste se fait une vie économique. Dans le métier qu’il va exercer, l’on constatera qu’il applique prioritairement les principes économiques.

Un juriste quant à lui, partout où il se trouverait, il se fera juriste , faiseur de loi et respectera le droit de chacun et de tous.

De ces defitions nous constatons que l’Afrique quant à elle connait un décalage important entre l’intellectualisme et l’apport de celui-ci sur le marché d’emplois.

L’engagement est certainement visible, mais il n’est pas adapté. Dans un monde capitaliste plein de personnalisation et d’individualisation, nous nous ne pouvons que constater l’accroissement de l’injustice et sa modernisation, la multiplication de formes de corruption, la négligence de services de l’État, la confusion entre la caisse de l’État et sa propre poche, sans oublier les inégalités croissantes, simplification dans la messe prolétaire.

« Le principe des pays de la périphérie et ceux du centre s’applique. »

Le constat est tel que l’offre ne répond absolument pas à la demande sur le marché d’usage et celui de l’emploi. Faute de quoi, aucune avancée significative n’est disponible même si cela est envisagée.

Les riches creusent un écart non négligeable en bafouant les droits et intérêts de la classe moyenne. Et là, le principe des pays de la périphérie et ceux du centre s’applique.

Ainsi, L’intellectualisme doit être perçu comme un comportement d’adaptation quotidienne qui engendre un changement radical de mieux à mieux, dans un sens de compréhension fine, suivant un sens de responsabilité qui doit être non seulement juste mais aussi et surtout fiable ; il est un sens d’agir et de faire agir tout en tenant compte de l’autre dans le respect mutuel.

L’intellectualisme est une barrière entre l’homme et tous les actes destructeurs. (à suivre)

MBOYO SHABANI Léon sem

LE REVOLUTIONISME DE L’INTELLECTUALISME

Contre les pauvres évidences à la mode , je dirais donc pourquoi une révolution est probable et pourquoi il n’est pas souhaitable de l’empêcher, mais il est au contraire possible de l’encourager et de s’y joindre en masse le plus rapidement possible , malgré les risques de violences afin d’éviter pire encore .

Les révolutions ne se ressemblent pas.

Karl Schmidt dit:

« Il ne faudrait pas malgré tout entretenir l’illusion que l’amour serait le ciment ordinaire des peuples alors que presque toujours c’est la guerre qui soude les classes sociales, substituant à leurs divergences d’intérêt la division politique ami/ennemi. »

Hegel quand à lui déclare ce qui suit:

« Les guerres obligent à dépasser l’intérêt privé et manifester notre solidarité, notre capacité de sacrifice , l’affirmation de notre communauté (la guerre, comme état dans lequel on prend au sérieux la vérité des biens et des choses temporelles ».

Ces citations m’ont inspiré et j’ai senti l’invisible me parler ainsi j’ai opter pour une révolution au sens réel et faisable que plusieurs n’approuveront absolument pas, voir difficilement, qui est un réveil. Car, tous les évènements qui accompagnent la révolution au sens réel aboutissent à un réveil des pensées , du comportement coûte que coûte mais, les révolutions ne se ressemblent pas.

Nul ne peut vouloir aller à l’école si les flèches de la révolution ne le percent. Chercher un niveau de compréhension, de raisonnement , autre que celui que l’on a, est un acte révolutionnaire. La permanence de la révolution précède et inhibe la guerre.

Toute l’Afrique unie comme un seul homme.

L’Afrique doit s’immiscer dans la compréhension actuelle du monde par son intellectualisme. Toute l’Afrique unie comme un seul homme et non une Afrique collection des Etats soumis à des concurrences traitrises , afin de faire réussir un autre défis et se contenter d’un échec économique et politique sans précédent. La guerre des idées et des pensées doit s’engager de manière permanente dans tous les milieux.

Les contradictions dans les pensées et les raisonnements font que les hommes, quoique étant de différentes tribus, de différentes langues, de différentes contrées s’unissent et partagent leurs pensées afin de les mener plus haut que tous et que leur voix soit entendue et même l’imposer pour être exécuter.

Mon Afrique a une autre vision tout à fait autre que celle-ci ; l’Afrique se contente des slogans séparatistes pour permettre à chacun d’évoluer dans son village, sa province, son pays et demeurant ainsi divisés.

Se faisant esclave dans cet état de chose, cette Afrique demeure  divisée et incapable de projeter ses idées depuis les indépendances calamiteuses et précipitées des années 50-60. Ce qui fait la guerre à l’Afrique en général et la RDC en particulier c’est la famine, le sous-développement et l’analphabétisation.

Nous avons tous un dénominateur commun à grand chiffre, L’AFRIQUE

Ainsi, dans cet état de choses nous devons unir nos pensées car, nous avons tous un dénominateur commun à grand chiffre, L’AFRIQUE ! De ceci voudrions nous ressembler à un ISME comme à une religion, à une croyance comme en un Dieu qui soit capable de nous sortir de l’impasse. Notre ISME à croire est le « REVOLUTIONNISME » qui ne pourra être qu’une croyance en un mouvement de révolte de tout genre , permanent afin d’éveiller la conscience africaine , et que l’Afrique brise sa peur!                           

Par MBOYO SHABANI Léon Sem