Archives pour la catégorie Indépendances

La décolonisation de l’Afrique correspond au retrait des puissances coloniales de l’Afrique après la Seconde Guerre mondiale.

L’ÉDUCATION l’indépendance de peuple d’aujourd’hui.

L’instruction, l’apprentissage, l’enseignement disons L’ÉDUCATION est même la clé d’un développement intégral, dynamique et prospère de l’Afrique. De nos jours, en effet l’éducation Africaine vise davantage à transmettre un modèle occidental qu’à faire des Africains des hommes de culture et des agents de développement, c‘est à dire avoir des hommes et des femmes éduqués à la citoyenneté responsable et solidaire afin de s’affirmer indépendant.

La solution c’est savoir.

Voilà pourquoi en général on peut donc estimer que l’indépendance est demeurée jusqu’à nos jours un véritable mythe et que tous les régimes mis en place en Afrique se rejoignent sur un point commun: La permanence d’une politique qui croit bien ou mieux faire, mais alimente le système coloniale légué par le colon et qui aujourd’hui appris multiforme avec des politiques barbares qui à travers ses fluctuations, tend à favoriser les sociétés dominantes aux désavantages des Africains.

Si l’intelligence n’avance pas le leader par rapport à son milieu, alors l’intelligence du leader est inapproprié à son milieu.

AKILI KIKUNI

LE REVOLUTIONISME DE L’INTELLECTUALISME

Contre les pauvres évidences à la mode , je dirais donc pourquoi une révolution est probable et pourquoi il n’est pas souhaitable de l’empêcher, mais il est au contraire possible de l’encourager et de s’y joindre en masse le plus rapidement possible , malgré les risques de violences afin d’éviter pire encore .

Les révolutions ne se ressemblent pas.

Karl Schmidt dit:

« Il ne faudrait pas malgré tout entretenir l’illusion que l’amour serait le ciment ordinaire des peuples alors que presque toujours c’est la guerre qui soude les classes sociales, substituant à leurs divergences d’intérêt la division politique ami/ennemi. »

Hegel quand à lui déclare ce qui suit:

« Les guerres obligent à dépasser l’intérêt privé et manifester notre solidarité, notre capacité de sacrifice , l’affirmation de notre communauté (la guerre, comme état dans lequel on prend au sérieux la vérité des biens et des choses temporelles ».

Ces citations m’ont inspiré et j’ai senti l’invisible me parler ainsi j’ai opter pour une révolution au sens réel et faisable que plusieurs n’approuveront absolument pas, voir difficilement, qui est un réveil. Car, tous les évènements qui accompagnent la révolution au sens réel aboutissent à un réveil des pensées , du comportement coûte que coûte mais, les révolutions ne se ressemblent pas.

Nul ne peut vouloir aller à l’école si les flèches de la révolution ne le percent. Chercher un niveau de compréhension, de raisonnement , autre que celui que l’on a, est un acte révolutionnaire. La permanence de la révolution précède et inhibe la guerre.

Toute l’Afrique unie comme un seul homme.

L’Afrique doit s’immiscer dans la compréhension actuelle du monde par son intellectualisme. Toute l’Afrique unie comme un seul homme et non une Afrique collection des Etats soumis à des concurrences traitrises , afin de faire réussir un autre défis et se contenter d’un échec économique et politique sans précédent. La guerre des idées et des pensées doit s’engager de manière permanente dans tous les milieux.

Les contradictions dans les pensées et les raisonnements font que les hommes, quoique étant de différentes tribus, de différentes langues, de différentes contrées s’unissent et partagent leurs pensées afin de les mener plus haut que tous et que leur voix soit entendue et même l’imposer pour être exécuter.

Mon Afrique a une autre vision tout à fait autre que celle-ci ; l’Afrique se contente des slogans séparatistes pour permettre à chacun d’évoluer dans son village, sa province, son pays et demeurant ainsi divisés.

Se faisant esclave dans cet état de chose, cette Afrique demeure  divisée et incapable de projeter ses idées depuis les indépendances calamiteuses et précipitées des années 50-60. Ce qui fait la guerre à l’Afrique en général et la RDC en particulier c’est la famine, le sous-développement et l’analphabétisation.

Nous avons tous un dénominateur commun à grand chiffre, L’AFRIQUE

Ainsi, dans cet état de choses nous devons unir nos pensées car, nous avons tous un dénominateur commun à grand chiffre, L’AFRIQUE ! De ceci voudrions nous ressembler à un ISME comme à une religion, à une croyance comme en un Dieu qui soit capable de nous sortir de l’impasse. Notre ISME à croire est le « REVOLUTIONNISME » qui ne pourra être qu’une croyance en un mouvement de révolte de tout genre , permanent afin d’éveiller la conscience africaine , et que l’Afrique brise sa peur!                           

Par MBOYO SHABANI Léon Sem

A LIRE ABSOLUMENT.

Les 3 étapes de l’effacement d’un peuple selon Cheikh Anta Diop( historien, anthropologue, homme politique sénégalais 1923-1986):

La valeur ajoutée de l’intelligence

✓1) Le meurtre intellectuel : vous n’avez pas d’histoire, vous n’avez jamais rien fait, vous n’êtes capables de rien, votre culture est du folklore, vos religions sont de la sorcellerie, vos langues sont des dialectes.

La solution c’est savoir.

https://africaubuntu.com/2020/07/05/mama-africa/

✓2) Le meurtre moral : Vous n’êtes pas à même de décider de ce qui est bien ou mal, de prendre les décisions vous concernant, vous devez tout voir selon la pensée de l’oppresseur, lui seul doit vous donner le consentement moral afin d’entreprendre toute action.

✓3) Le meurtre physique : C’est déjà terminé pour les indiens d’Amérique et les aborigènes d’Australie, les noirs de la Lybie… Le peuple Noir de manière général est le suivant.
« le mal que l’occupant nous a fait n’est pas encore guéri, l’aliénation culturelle finit par être partie intégrante de notre substance, de notre âme et quand on croit en être débarrassé, on ne l’a pas encore fait complètement.
Et souvent le colonisé ou l’ex colonisé même, ressemble un peu, à cet esclave du 19 ème siècle, qui libéré, va jusqu’au pas de la porte et puis revient à la maison parce qu’il ne sait pas où aller, depuis le temps qu’il a perdu sa liberté, depuis le temps qu’il a acquis des reflexes de subordination, depuis le temps qu’il a pensé ou appris à penser à travers son maitre. C’est un peu ce qui est arrivé à l’intelligentsia Africaine dans son ensemble… »
« … vous avez répondu par les actes à l’infériorité, donc, vous avez en quelque sorte prouvé ou supposé l’infériorité du monde noir, puisque la vérité doit lui venir de l’autre camp. Moi, si je n’étais pas intimement persuadé de l’égalité des races, de la capacité de chaque race de mener sa destinée culturelle et intellectuelle, mais je serai déçu qu’il y ait cette hiérarchisation des races, ça veut dire qu’il faudra s’attendre à une disparition d’une manière ou d’une autre… »


Cheikh Anta Diop.

https://africaubuntu.com/2020/07/06/1278/