LES TUEURS DE LA CREDIBILITE D’UN LEADER.

La solution c’est savoir.



Un LEADER doit être capable de s’autogouverner et de rester aligné, dans ses comportements et dans ses paroles, avec sa fonction. Il lui faut acquérir assez de hauteur et de recul sur les situations pour être écouté, suivi et respecté. A défaut, il se décrédibilisera dans la société (l’équipe). Une prise de conscience nécessaire à laquelle ne prépare, hélas, aucune école.

Quels sont les dérapages les plus fréquents ? :

La solution c’est savoir.

Se montrer « speedé »
Courir dans les couloirs en proclamant « je suis débordé(e) », « je suis sous l’eau ». Avec un tel comportement vous ne gérez pas l’horloge, mais c’est l’horloge qui vous gère. Vous allez apparaître aux yeux des autres comme « dépassé », ayant atteint votre seuil de compétences. Pas d’avenir. S’agiter dans tous les sens n’est pas la solution.

Faire comme les autres
Vous ne devez pas être sur un mode réactif mais plutôt dans l’action réfléchie. Car, on attend d’un leader qu’il ait de l’initiative, qu’il impulse, non qu’il suive. L’entourage va s’interroger sur vos qualités dans ce domaine.

La solution c’est savoir.

S’excuser de prendre la parole
Évitez de dire: « Vous permettez que je parle ? », « Avec votre autorisation, puis-je vous dire que… ». Vous êtes un décideur, allez-y franchement, soyez assertif. Gare à ne pas se montrer impressionné vous risquez de vous placer en situation d’infériorité.

La solution c’est savoir.

Vouloir faire jeune
De peur d’être considérés comme ringards, certains Leaders adoptent des expressions « à la mode » (qui parfois ne le sont plus…) ou des looks dans l’air du temps. Au-delà de la question de l’âge, la question est de maintenir la juste distance avec l’équipe et de pas saborder son autorité en adoptant les codes de la génération Y ou Z.

La solution c’est savoir.

Se justifier sans cesse
Le risque c’est de se taire ou de se noyer dans des explications sans fin avec force de détails. Trop de justifications peuvent être signe de soumission. Or vous êtes dans votre bon droit. Nul besoin d’égrener les arguments rationnels avec des « je suis désolé mais… », « Je ne peux pas parce que… » Assumez.

La solution c’est savoir.

Travailler dans le capharnaüm
Dans votre bureau évitez le débordent des rayonnages, le désordre. Mais si, vous, vous y retrouvez, cela stimule votre créativité mais les autres, collaborateurs inclus, risquent d’être déconcertés. Pour eux, le désordre est aussi dans votre tête. Or, un leader doit savoir hiérarchiser, aller à l’essentiel. Mieux vaut que cela se voit.

Répondre du tac au tac
Eviter de descendre dans l’arène pour répliquer au même niveau que votre offenseur. Ça sera pire encore si votre voix monte dans les aigus. Filtrez vos émotions.

la connaissance libère!

T. KALALA MALOBA KIMBA
Psychologue et Conférencier

La valeur ajoutée de l’intelligence.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s